Aller au contenu principal

Maraîchage
Des mouches dans les poireaux qui préoccupent les maraîchers

Dans le cadre du mois de la bio s’est tenu une visite dans le bocage deux-sévrien autour de la thématique de la mouche du poireau.

Les trois chefs d’exploitation du Jardin des ormeaux, François Casier, Geoffrey Pacreau et Sébastien Souchet, regardent chaque année avec un intérêt croissant la présence des ravageurs sur les parcelles. Et surtout celle des teignes et des mouches mineuses du poireau, ce légume étant l’une de leur quarantaine de cultures bio présentes sur leurs 3,5 ha, dont 4 000 m2 de serre, de sols principalement limoneux à Moutiers-sous-Argenton. Toute cette production est vendue principalement au magasin de producteurs Pot’é Bio à Thouars, mais aussi sur le marché de Thouars et en AMAP.

Ces deux insectes étaient au centre des préoccupations à l’occasion d’une rencontre thématique suite à l’enquête de la chambre d’agriculture auprès des maraîchers (voir ci-dessous), où il était apparu que ces ravageurs étaient une réelle problématique pour certains producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité