Aller au contenu principal

Rallye solidaire
En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages

A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à leurs origines deux-sévriennes jusque dans le désert marocain, ils ont baptisé leur équipage « Les Chabichou en 4L ».

Bastien Sémillé et Thomas Rousselot (en jaune) ont déjà trouvé la 4L qui leur fera traverser les dunes du désert marocain en 2023.
© Chloé Poitau

En BTS mécanique à Saint-Jean-d’Angély, l’un en Travaux Publics, l’autre en matériel agricole, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot se sont reconnus comme deux enfants du pays deux-sévrien. Le premier vient en effet de Saint-Germain-de-Longue-Chaume, le second de Saint-Pardoux-Soutiers. Et c’est lors d’une soirée que les deux étudiants se prennent à rêver du 4L Trophy, dont des affiches font la promotion dans les couloirs de leur lycée.

Dès le lendemain, les deux compères se mettent à chercher des 4L sur LeBoncoin, animés par l’envie de participer à la course solidaire, qui se déroule sur une dizaine de jours en février depuis près de 25 ans.

En traversant le Maroc, les équipages embarqués participent aux actions de la Croix Rouge et de l’association humanitaires « Enfants du désert », pour soutenir l’éducation (notamment en distribuant des fournitures) jusque dans les zones les plus reculées. « Avec la Covid, il n’y a pas eu d’édition cette année, et nous misons plutôt sur l’édition 2023 pour pouvoir nous préparer », annoncent Bastien et Sémillé.

Véhicule trouvé, sponsors recherchés

Les deux jeunes mécanos s’embarquent donc dans un périple qui les fera traverser la France, l’Espagne et le Maroc, avec cinq jours entiers en autonomie dans le désert.

« On veut conduire tous les deux, et la panne ne nous fait pas trop peur », sourient-il, forts de leurs formations respectives. « Et puis, en tant que fils d’agriculteurs, on a appris la débrouillardise », ajoutent-ils, leurs parents étant à la tête d’élevages bovins, ovins et caprins.

Par le bouche-à-oreille, ils ont déjà récupéré leur 4L, quelque peu corrodée. « Tant mieux, car ça fait partie de notre projet de la retaper ! ». Protéger le moteur et les suspensions, revoir le filtre pour l’adapter aux conditions du désert, modifier la carrosserie à leur guise occupera leurs futures soirées bricolage dont ils se réjouissent d’avance.

Et comme, avant de rouler dans le sable, ils ne roulent pas sur l’or, Bastien et Thomas se mettent progressivement à la recherche de sponsors et de dons pour les soutenir dans leur aventure : « Nous avons commencé là aussi par le bouche-à-oreille ». Ils planchent sur un dossier de demande de subvention qu’ils diffuseront dans les mois à venir. Les « Chabichou en 4L » - nom de leur équipage faisant clin d’œil à leurs origines –  entament donc leur route vers le « trophy », et n’ont pas fini de faire parler d’eux !

Plus d’infos sur la page Facebook « Les Chabichous en 4L ». Les dons ouvrent droit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % du montant versé.

Un équipage bressuirais dans l’édition 2022

Martin, 24 ans, et François, 20 ans, se lancent aussi dans l’aventure 4L Trophy, sous le nom « Lait 2 chèvres en 4L ». Ils prennent le départ pour la course 2022. Plus d’infos sur leur page FB.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
Des panneaux photo, oui, mais lavés une à deux fois par an
Le développement du photovoltaïque ne se dément pas, sur les bâtiments agricoles mais pas seulement. Avec sa société Photon…
Publicité