Aller au contenu principal

Engraissement
« Faire du chevreau un co-produit du lait, et non un sous-produit »

La profession caprine s’est mobilisée pour trouver un accord, le 15 septembre, stipulant la reprise des collectes de chevreaux à 100%. La Covid-19 a révélé des fragilités de commercialisation de la viande, auxquelles la filière cherche des solutions.

En 2019, la filière s’était déjà mobilisée lors du Goatober d’Interbev. Odile Dupont (tout à gauche) et Anthony Garnier (2e en partant de la droite) dégustent un plat de chevreau chez un restaurateur partenaire de l’opération.
© Anne Frintz

Peu avant le pic de mise bas à l’automne, décalé d’une dizaine de jours en raison des inséminations reportées lors de la crise, l’annonce d’un contingentement à 50 % des chevreaux collectés en octobre-novembre avaient redoublé l’inquiétude des chevriers. « Certains avaient aménagé leurs bâtiments pour engraisser les chevreaux chez eux », retrace Odile Dupont, éleveuse à Mauzé-Thouarsais et administratrice à la Fnec (fédération nationale des éleveurs de chèvres). Portée par cette même fédération, ainsi que l’interprofession, la reprise d’une collecte à 100 % a été validée par le gouvernement mi-septembre. Une aide du ministère a été déclenchée, conditionnée au déstockage de 500 tonnes de viande congelée. « Nous devons rester vigilants sur les prix, alerte Odile. Celui du chevreau naissant n’a fait que dégringoler depuis 10 ans, jusqu’à arriver à des prix dérisoires entre 1 et 3 €, voire 0 lors de la Pâques 2020 ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Publicité