Aller au contenu principal

Tiers-lieu
La Conciergerie d'Échiré, pour faciliter la vie quotidienne

À Échiré, la Conciergerie propose une palette de services sur mesure pour les habitants et salariés des alentours. Avec son espace de coworking et son marché en ligne, elle se veut un acteur de la vie locale.

Située au 30, place de la Halle, à Échiré, la Conciergerie attend d’être animée par de nouveaux abonnés.
© LaConciergerie

Sur la nouvelle place du bourg d’Échiré, la Conciergerie est née il y a tout juste un an. Véritable tiers-lieu, à mi-chemin entre la maison et le travail, elle se veut être un espace de rencontre et de partage, où les bénéficiaires sont aussi force de propositions.

« Le principe est de rendre des services aux habitants, commerçants, mais aussi aux salariés du secteur, explique Jérôme Houmault, le directeur général du réseau de services à la personne ADMR 79, un des porteurs du projet. Nous sommes à proximité de la zone du Luc, qui compte 1 000 à 1 200 salariés pouvant bénéficier de nos services ». Ceux-ci sont déclinables à volonté, en fonction des demandes : aides pour les démarches administratives, entretien du logement, sortie d’animaux, cordonnier, pressing…

Un vélo à assistance électrique est mis à disposition pour les petits comme les grands déplacements. Un espace de travail collaboratif permet aux indépendants, commerciaux et fatigués du télétravail à la maison de se retrouver dans un cadre agréable. Pour Sylvain, commercial de 52 ans, l’espace co-working permet « plus de concentration et de partage que dans un café, et sûrement plus de sécurité pour [ses] données ».

Moyennant une adhésion annuelle de 50 euros, les habitants ont accès aux différents services, avec des tarifs spécifiques pour le co-working. Créée sous la forme d’une coopérative, la Conciergerie est ouverte à toute personne désirant prendre une part sociale dans la Société coopérative et s’investir ainsi dans le projet. Sur les cinquante actionnaires, vingt-cinq sont aujourd’hui des particuliers.

Conciergerie Échiré
Un système de casier permet de retirer son panier de produits locaux. La Conciergerie propose aussi une salle de réunion pour les entreprises. Fanny Voix (à droite) est l’animatrice du lieu, Marjorie Talineau en est la coordinatrice.

Le maître mot : circuit court

À l’origine de la Conciergerie, il y a la volonté de la municipalité d’Échiré et de l’agglomération du Niortais de faire vivre le centre-bourg, en favorisant la production locale. En 2019, la place du centre fait peau neuve, troquant le supermarché et son parking pour une halle et des commerces de proximité. L’ADMR 79 soumet alors le projet de Conciergerie, avec l’idée dès le départ de lancer un marché en ligne. Celui-ci voit finalement le jour en décembre 2020, avec des producteurs entièrement locaux : fruits et légumes d’Alain Métais, beurre d’Échiré et lait de Sèvre et Belle, miel de Surimeau, fromages de Sylvie… L’offre s’étoffe peu à peu pour proposer une gamme complète, avec les pigeons de Patrice Sicot depuis le 22 janvier. « Je cherchais un débouché pour vendre mes pigeons, témoigne-t-il, les restaurants étant à l’arrêt depuis le Covid. Un collègue m’en a parlé au marché d’Échiré. Je me suis dit que ça pouvait être un plus ».

Les courses se font en ligne et la commande est à récupérer au 30, place de la Halle, le mercredi après-midi. « J’apprécie vraiment de pouvoir commander des produits locaux, en composant moi-même mon panier. Comme ça, je suis sûre de consommer tout ce que j’ai acheté. Et puis, avec les enfants, ça nous fait notre petite sortie du mercredi après-midi ! », témoigne Lucie sur la page Facebook du tiers-lieu.

Ralentie par l’épidémie

« L’inauguration devait avoir lieu le 15 mars 2020… Elle a été repoussée au mois d’octobre, annulée à nouveau. Elle doit avoir lieu en avril, en espérant que ça n’annonce pas une fois de plus un nouveau confinement ! », sourit Jérôme Houmault. En prévision de cette inauguration, un artiste devrait venir sur le marché chaque vendredi pour communiquer de manière originale sur la Conciergerie. « Le projet est construit, on ne sait pas à quelle échéance on va pouvoir réellement le mettre en œuvre », constate-t-il. Si la crise sanitaire a compliqué son lancement officiel, la Conciergerie est opérationnelle. Ses promoteurs visent 1 000 abonnés dans les deux prochaines années.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité