Aller au contenu principal

Politique agricole
PAC : la ferme Deux-Sèvres pourrait (encore) perdre 3,5 millions d’euros d’aides

Fin juin, la France aura rendu son plan stratégique national (PSN). D’ici là, les acteurs du monde agricole peuvent tenter d’orienter, dans un sens ou un autre, les décisions à partir desquelles le socle de la nouvelle Pac se construira.

Il y aura consensus au terme de l’heure et demie animée par les services de la chambre ce jeudi 25 mars. Christophe Limoges, mais également Julien Chartier, Sylvie Macheteau, Benoît Jaunet ou encore Grégory Nivelle, tous membres de la chambre d’agriculture, expriment la même incompréhension. « Alors que l’élevage est présenté par les politiques de tout bord comme une solution à bien des maux, il risque fort d’être le grand sacrifié de la réforme de la Pac qui se profile pour 2023 », redoutent-ils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité