Aller au contenu principal

Réserves d'Aume-Couture : Malgré l’autorisation, le combat continue

Le feu vert est donné pour les réserves du bassin Aume-Couture. Guillaume Chamouleau, président régional d’Aquanide, craint néanmoins de fortes oppositions.

© La Vie charentaise

Le dossier des réserves d’Aume-Couture est loin d’être clos. Alors que les préfets de Charente, Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont donné leur accord pour la construction de neuf réserves d’eau, les opposants remontent au créneau. Le projet doit permettre de stocker 1,64 million de mètres cubes l’hiver. EELV Poitou-Charentes s’inquiète notamment de « la privatisation de l’eau et des montants d’argent public débloqués pour une infime minorité ». Guillaume Chamouleau, le président régional d’Aquanide, regrette une position dogmatique. « On les entend moins quand l’argent public est utilisé pour l’usine Saft à Nersac, où l’État met plus de 290 millions d’euros de subvention. Quand c’est pour l’agriculture, ce n’est pas bien apparemment ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité