Aller au contenu principal

Environnement
Systématiser les projets en Nouvelle-Aquitaine

Face aux enjeux environnementaux et climatiques, l’agriculture propose de nouveaux outils. Elle réfléchit au développement de systèmes de captation d’eau et de gestion des déchets sur le territoire régional.

Douze sites de méthanisation fonctionnent actuellement en Deux-Sèvres, dont l’unité de Combrand, inauguré au printemps dernier. Une centaine de projets sont en cours dans la région, ce qui pourrait permettre de couvrir 10 % des besoins.
© DR

Le changement climatique, un fait du XXIe siècle contre lequel il semble impossible de lutter. Pourtant, l’agriculture a des outils à faire valoir. C’était tout l’enjeu du débat qui s’est tenu, à distance, mercredi 20 mai, lors de la Semaine de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine. « Le changement climatique est là, on a déjà gagné un degré, donc le défi de départ a changé, lance immédiatement Hervé Le Treut, climatologue. Le retour en arrière n’est plus possible. Mais il va falloir faire au mieux et optimiser toutes nos actions pour au moins limiter ce réchauffement », continue-t-il.

Des idées de captation

La filière agricole a les moyens pour encourager ce mouvement. « On a évolué. Mais on a besoin de temps pour adapter certaines mesures, mettre en place la transition, avec des modèles résilients utilisant des méthodes plus vertueuses », exprime Bernard Layre, secrétaire général de la Fnsea régionale.

Parmi les sujets en lien direct avec ce nouveau contexte, il y a l’eau. « Le changement climatique, c’est aussi une évolution dans la répartition de la pluviométrie, d’où la solution de la captation », pointe du doigt Alain Dupuy, hydro-géologue.

« On peut avoir une eau retenue en surface, dans des cuvettes. Mais on travaille aussi sur des prototypes de retenues ‘‘fuyantes’’ en Lot-et-Garonne. L’idée est de stocker l’eau et de la restituer aux nappes, de l’aider à s’infiltrer », continue-t-il. C’est de la recherche que de nouvelles solutions pourront émerger.

12 sites de biogaz en Nouvelle-Aquitaine

L’agriculture est aussi capable de protéger la biodiversité, de produire de la biomasse pour capter le carbone. Enfin, elle a un rôle majeur à jouer dans la production d’énergies renouvelables. Déléguée biométhane sur la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie pour GRDF, Séverine Eliot a ainsi présenté la solution du biogaz. « On a déjà douze sites de méthanisation qui injectent dans le réseau en Nouvelle-Aquitaine, pour l’équivalent de la consommation de 30 000 logements ».

Alors que ces projets sont récents, la demande est forte. « Il faut entre deux et cinq ans pour mener à bien un projet. Actuellement, une centaine est inscrite au registre. S’ils vont tous au bout, cela correspondrait à fournir 10 % de la consommation régionale », continue l’experte. Ces projets ont un fort intérêt agronomique, permettant de traiter les déchets, et avec le digestat d’obtenir un engrais organique naturel pour l’exploitation.

Une rentabilité en moins de dix ans

Un modèle économique qui a de quoi séduire. « L’investissement de départ est de trois à sept millions, pour une rentabilité estimée au bout de huit ou neuf ans, voire moins », note Séverine Eliot. La méthanisation est donc un exemple parfait de collaboration entre différents acteurs. Pour l’agriculture, cet axe de travail est aussi une solution pour renvoyer une meilleure image à la société. Un modèle gagnant-gagnant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité