Aller au contenu principal

Capr'Inov
Cours et marchés, de France et d’Italie

La seule visite hors Deux-Sèvres se tient au Gaec Les Vases, à Nalliers (Vendée). Michel et Sylvie Vequaud y élèvent 500 chèvres saanens.

Comparatif en direct de la visite sur les cours des céréales d'un côté et de l'autre de la frontière franco-italienne.
© Léa Calleau

Avant de se rendre au salon Capr’Inov à Niort, le 24 novembre, une délégation italienne a fait un crochet par la Vendée pour visiter une exploitation caprine, à Nalliers. Des éleveurs de Sardaigne et de Lombardie, ainsi que des vétérinaires et techniciens des quatre coins de l’Italie ont échangé avec Michel Vequaud, éleveur de 500 à 600 Saanens. La discussion tourne rapidement vers le cours des céréales, que les uns et les autres comparent entre les deux pays. "Les Italiens vendent (mais achètent aussi) les céréales plus chères" ! constate Michel Vequaud.

L’éleveur cherche des stratégies en cette période de hausse du coût de l’alimentation. « Toutes mes chèvres étaient en lactation longue jusqu’à cette année. J’ai arrêté pour les mettre à la reproduction », explique-t-il.

Avec 148 hectares de SAU, il atteint quasiment l’autonomie pour les fourrages (enrubannage, foin de luzerne et foin de prairie), mais doit se fournir à l’extérieur pour la paille (60 ha en plus des 40 ha produits sur la ferme pour couvrir les besoins).

Équipé d’un robot d’alimentation de la société Lucas G, il optimise la ration grâce à leur programmation et à la gestion des quantités.

Des graines germées au menu des chèvres

Le Gaec les Vases accueille l’un des trois prototypes en France de machines à germer, conçu par l’entreprise TG’Eau. Installée depuis trois ans, les céréales y sont stockées pendant deux jours, le temps de la germination, avant d’être consommées par les chèvres dans les douze heures.

Comme pour l’alimentation humaine, les graines germées possèdent des valeurs nutritionnelles supérieures. Connue par les éleveurs pour nourrir les agneaux et les chevreaux, en petite quantité, la germination est ici poussée à une échelle supérieure.

Mais Thibaut Faucher, gérant de l’entreprise, fait face à des difficultés pour industrialiser le concept : « Le gros problème est le développement potentiel de mycotoxines. Il faut y faire attention. Je cherche à valider le processus par des analyses de graines, qui sont encore à optimiser ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité